Sélectionner une page

Lorsque je vous dis préhistoire vous pensez hommes robustes et si je vous demandais quelle était leur espérance de vie à la naissance vous me répondriez probablement : « une trentaine-quarantaine d’années maximum ». Ce n’est pas totalement faux mais bien trop imprécis !

Des statistiques épatantes
Si les scientifiques ont encore beaucoup de mal à estimer l’espérance de vie à la naissance des hommes du paléo, ils n’ont en revanche aucun mal à calculer celui de tribus de chasseurs-cueilleurs vivant totalement exclus du monde moderne. Sur l’île de Kitava en Papouasie-Nouvelle-Guinée l’espérance de vie à la naissance est 45 ans. « C’est très peu » me direz-vous lorsque l’on compare cela à nos statistiques occidentales. Mais il ne s’agit là que de chiffres A LA NAISSANCE ! Or ces tribus connaissent une mortalité infantile très élevée du à l’absence de soins médicaux et de nombreuses maladies sévissant dans leur environnement. Le chiffre qui nous intéresse réellement est le suivant : l’espérance de vie d’un adulte atteignant ses 45 ans est de 80 ans. Plus de 6% des individus de l’île ont entre 60 et 95 ans ! Ces indigènes sont exclusivement pesco-végétariens (poissons et végétaux exclusivement), ils sont bien loin du mythe de l’homme de caverne dévorant des kilos de viande rouge. Et comme vous le savez ces derniers ne sont pas touchés par toutes les maladies de civilisation : cancer, surpoids, diabète, hypertension, ostéoporose, AVC…
paleo_geo_aliments
Une alimentation diversifiée
Sur cette carte on peut clairement voir que les locaux s’adaptent à leurs environnements pour se nourrir. En Alaska par exemple le peuple Nunamiut possède une alimentation composée à 99% de produits de la chasse ou de la pêche (en rouge sur la carte), les Eskimos du Groenland consomment à 96% des protéines animales. Tout ceci est normal car il leur est très difficile de cueillir quoi que ce soit sous ces latitudes. Avec des latitudes plus tropicales l’alimentation se diversifie. Ainsi chez les Gwis du Sud de l’Afrique 3 aliments sur 4 sont d’origine végétale. Tout ceci porte à croire (et à juste titre) qu’il n’existe pas une seule alimentation paléo mais DES alimentations de type paléo. Pour autant toutes ont pour point commun d’être des plus saines, des plus tonifiantes et des plus faciles à adopter qui soient.